Selon National Stroke Association, l’AVC est la quatrième cause de décès en Amérique et l’une des principales causes d’invalidité chez les adultes. Pourtant, selon une nouvelle étude, de nombreux adultes américains âgés de 45 ans et plus peuvent avoir eu un accident vasculaire cérébral. Les chercheurs ont écrit que les personnes devraient connaître les premiers signes d’un accident vasculaire cérébral et demander immédiatement l’aide d’un médecin en cas d’urgence.

Certains médicaments pour les accidents vasculaires cérébraux doivent être administrés peu de temps après le début des symptômes, et ces médicaments peuvent faire une grande différence dans l’issue de l’AVC. Certaines personnes se remettent complètement d’un accident vasculaire cérébral, mais plus des deux tiers des survivants auront un type d’invalidité à long terme.

Qu’est-ce qu’un accident vasculaire cérébral?

Notre cerveau a besoin d’un apport sanguin constant pour fonctionner. Cet apport sanguin fournit des nutriments essentiels et de l’oxygène aux cellules du cerveau. Les artères sont les vaisseaux sanguins qui transportent le sang riche en oxygène du cœur aux tissus du corps. Un accident vasculaire cérébral survient lorsqu’un caillot de sang bloque une artère (accident ischémique) ou que l’artère éclate (accident vasculaire cérébral hémorragique), interrompant ainsi le flux sanguin vers une zone du cerveau.

Lorsque l’une de ces choses se produit, l’irrigation sanguine d’une partie du cerveau est coupée et les cellules cérébrales commencent à mourir et des lésions cérébrales se produisent. Dans ce cas, les capacités contrôlées par cette zone du cerveau sont perdues et peuvent inclure la parole, la mémoire et le mouvement. L’effet sur le patient dépend de l’endroit où l’accident vasculaire cérébral survient dans le cerveau et de l’ampleur des dommages subis par le cerveau, et peut endommager l’esprit et le corps.

Un accident vasculaire cérébral peut être petit, dans lequel le patient peut éprouver par exemple une faiblesse mineure d’un bras ou d’une jambe. Mais il peut aussi s’agir d’un gros accident vasculaire cérébral dans lequel le patient peut être paralysé d’un côté ou perdre sa capacité de parler. Les cellules du cerveau meurent généralement peu de temps après le début de l’AVC. Cependant, certains peuvent durer quelques heures si l’approvisionnement en sang n’est pas complètement coupé.

Si l’irrigation sanguine peut être rétablie dans les minutes et les heures qui suivent l’AVC, certaines de ces cellules peuvent se rétablir. Il existe également un «mini-accident vasculaire cérébral» (accident ischémique transitoire ou AIT) qui consiste en un blocage temporaire qui ne provoque pas de lésions cérébrales permanentes, mais qui peut provoquer des signes avant-coureurs de l’AVC pendant des minutes, voire des heures, ce qui devrait être le cas pris en charge et non ignoré.

signes de l'AVC

Quels sont les signes avant-coureurs d’un accident vasculaire cérébral?

Un accident vasculaire cérébral est toujours une urgence médicale et il est donc important de reconnaître les symptômes d’un accident vasculaire cérébral et d’obtenir de l’aide le plus rapidement possible.

Voici les signes avant-coureurs possibles d’un accident vasculaire cérébral:

1. Faiblesse soudaine ou engourdissement des muscles du visage, des bras ou des jambes d’un côté du corps. Parfois, le patient est complètement paralysé et ne peut même pas lever un bras. Dans d’autres cas, un côté du visage s’affaisse et le visage semble asymétrique lorsque vous essayez de parler ou de sourire.

2. Perte soudaine de la parole ou capacité à comprendre la parole. Le patient a des problèmes de communication et a du mal à parler ou à créer des phrases logiques et peut sembler confus ou a du mal à comprendre les déclarations ou les commandes.

3. Perte soudaine de la vue ou difficulté à voir clairement, surtout dans un œil.

4. Perte brusque de sensations, telles que le manque de sensations sur la peau, ou d’autres sens susceptibles d’être affectés, telles que l’odorat, le goût et l’audition.

5. Perte soudaine d’équilibre et de coordination, éventuellement accompagnée de vomissements, de nausées, de fièvre ou d’une perte de conscience brève. Les victimes ont souvent du mal à marcher et à perdre leur équilibre et leur coordination.

6. Céphalées soudaines et graves inhabituelles ou sans autre cause. Il peut être suivi rapidement par une perte de conscience – indications d’un accident vasculaire cérébral dû à un saignement

7. Vertiges inexpliqués ou chutes soudaines

8. Une diminution ou une perte de réflexe, telle qu’une difficulté à avaler lorsque vous mangez au point de bâillonner.

Si vous ou un membre de votre groupe présentez des signes possibles d’AVC, n’hésitez pas. Obtenez des soins médicaux d’urgence tout de suite. Une identification immédiate et une évacuation rapide vers l’hôpital ne sauveront pas simplement le patient, mais bien souvent, un traitement médical approprié dans les trois heures permettra au patient de s’en sortir indemne!

Votre médecin peut vous prescrire une analyse de sang pour vérifier les taux de l’enzyme créatine phosphokinase (ou CPK) dans le sang. Si vous avez un accident vasculaire cérébral, les tests de laboratoire du CPK donneront des résultats supérieurs à la normale.

Le test « FAST »

Si vous ne savez pas si une personne autour de vous a eu un accident vasculaire cérébral, suivez ces tests simples et demandez au patient de faire 4 petites choses – le test « FAST »:

1. « Face » Visage – demandez au patient de sourire et de voir s’il / elle peut sourire correctement ou si un côté du visage s’affaisse.
2. « Arms » Bras – Demandez au patient de lever les deux mains ensemble. Voir si une main tombe ou ne peut pas être levée.
3. « Speech » Parole – Demandez au patient de dire une phrase simple. Vérifiez si leur discours est étrange ou peu clair.
4. « Time » Heure – si même l’un des éléments ci-dessus ne fonctionne pas correctement – il est temps d’appeler immédiatement l’ambulance, de décrire les panneaux et de donner un emplacement exact!

Veuillez transmettre cette information à tous ceux qui comptent pour vous.

10 Conseils pour réduire votre risque d’accident vasculaire cérébral

Il existe des moyens de réduire considérablement le risque d’avoir un accident vasculaire cérébral.

1. L’exercice

Faire de l’exercice modéré diminue de 30% à 50% votre risque de crise cardiaque. Alors venez, enfilez vos baskets et essayez de vous entraîner pour 30 minutes d’exercice aérobic au moins 5 jours par semaine. L’exercice régulier est un excellent moyen de maintenir un poids santé. Il améliorera votre fonction cardiaque et votre circulation sanguine, il abaissera également votre taux de cholestérol et maintiendra un niveau de pression artérielle sain.

2. Évitez la consommation d’alcool

Dans certaines études, la consommation excessive d’alcool a été liée négativement à un accident vasculaire cérébral.

3. Gestion du poids

Si vous êtes en surpoids ou obèse, vous n’avez pas à maigrir à la taille d’un modèle pour réduire votre risque d’accident vasculaire cérébral. Soyez réaliste avec vous-même. En ne perdant que 5 à 10% de votre poids, vous améliorez votre cholestérol, abaissez votre pression artérielle et votre glycémie. L’hypertension et le cholestérol sont des facteurs de risque majeurs d’accident vasculaire cérébral. De plus, les personnes diabétiques sont jusqu’à 4 fois plus susceptibles de subir un AVC.

4. Prenez vos médicaments pour le cœur

Voici un fait choquant pour vous. Une étude a révélé que 130 000 Américains meurent chaque année parce qu’ils ne prennent pas de médicaments pour le cœur comme leur avait dit leur médecin. Déterminez ce qui vous empêche de prendre vos médicaments. S’agit-il d’effets secondaires, de coûts ou d’oubli? Demandez à votre médecin de vous aider à trouver le bon médicament.

5. Mangez sainement

Tu es ce que tu manges. Il est donc logique de manger sainement. Besoin de plus d’encouragement? Ok, peut-être que ce fait aidera. En mangeant sainement, avec des aliments sains, composés de fruits et de légumes, de grains entiers, de viandes maigres et de poisson, vous pouvez réduire votre risque d’accident vasculaire cérébral de 25%. Vous pouvez toujours avoir votre gâteau et le manger, mais pas tous les jours.

Aliments riches en potassium – En outre, selon une nouvelle étude de la revue américaine Stroke de « American Heart Association », une consommation accrue de potassium réduit vos chances d’avoir un accident vasculaire cérébral. Surtout chez les femmes ménopausées. Les aliments riches en potassium comprennent: les haricots blancs, les légumes-feuilles foncés, les pommes de terre au four (avec peau), la patate douce, les abricots secs, la courge poivrée au four, le yogourt nature non gras, le saumon, l’avocat, les champignons et la banane.

Mangez un peu de chocolat noir – Voici des nouvelles fantastiques: plusieurs études démontrent que les personnes qui consomment du chocolat noir plus d’une fois par semaine réduisent leur risque de maladie cardiaque de près de 40%, de diabète d’environ 30% et d’attaque cérébrale d’environ 30%. . Plus la teneur en cacao est élevée, mieux c’est, alors cherchez un chocolat de bonne qualité avec une teneur en cacao de 75% ou plus.

6. Ne pas fumer

Cela peut sembler évident, mais cela vaut la peine de le rappeler aux gens. Même si vous ne fumez pas, mais passez beaucoup de temps avec quelqu’un qui le fait, vous courez également un risque. C’est choquant, mais chaque année, environ 46 000 personnes décèdent de maladies cardiaques liées à leur exposition à la fumée secondaire.

7. Éviter les drogues illégales

Certaines drogues, telles que la cocaïne et les méthamphétamines, sont des facteurs de risque d’accident vasculaire cérébral. La cocaïne, par exemple, réduit le flux sanguin et peut provoquer un rétrécissement des artères pouvant entraîner un accident vasculaire cérébral.

8. Traiter l’apnée obstructive du sommeil (AOS)

L’apnée du sommeil est souvent non diagnostiquée, et des études indiquent que jusqu’à 1 adulte sur 15 présente une AOS modérée à grave. Selon le site Web de la clinique Mayo, il a été démontré que l’apnée obstructive du sommeil (AOS) modérée à grave augmente le risque d’accident vasculaire cérébral jusqu’à trois fois plus chez les hommes. Donc, si vous avez une AOS, veillez à suivre le traitement qui vous a été administré.

9. Visitez votre dentiste

C’est un conseil moins évident, mais qui mérite d’être suivi: se laver les dents tous les 6 mois peut réduire votre risque de crise cardiaque de 24% et celui d’attaque cérébrale de 13%. Un dentiste peut également reconnaître les signes d’une maladie cardiaque – telles que des gencives enflées ou des dents desserrées – avant que votre médecin ou vous-même détectiez les symptômes, ce qui signifie que vous pouvez obtenir un traitement plus tôt.

10. Surveillez les symptômes inhabituels

Il est important d’écouter votre corps et de faire attention aux symptômes inhabituels tels que l’essoufflement, les modifications du rythme cardiaque et l’épuisement. Votre médecin est là pour vous aider, alors n’hésitez pas à prendre rendez-vous. Je vous parle, les gars! Quittez avec le macho-attitude.

Enfin, les meilleures mesures à prendre pour réduire votre risque d’accident vasculaire cérébral sont de connaître vos facteurs de risque, de suivre les conseils de votre médecin et d’adopter un mode de vie sain.

Articles les plus consultés